38145_06_01

Photo 1/2

Borne forestière

  • Dionay
  • Les Vallères près de la forêt domaniale de Chambaran (canton du Mouchet)
    45°12'32"N 5°10'58"E

Borne entre particuliers

La limite de propriété est ici constituée de 3 galets (très communs en Chambaran) et d'une pierre longue en grès karstique. Celle-ci est positionnée, dressée au milieu des trois galets. À proximité de cet ensemble un arbre d'essence particulière (différente de celles majoritairement coupées) est laissé en témoin.  On le nomme le "chantemerle". C'est un arbre qui  marque la  limite après une coupe d'arbres.

Pour ce faire on étête la cime pour le laisser pousser en largeur... Le cornouiller, ici représenté, est mort envahi par les champignons. On utilisera comme "chantemerle" des essences d'arbre, de sous-bois sans trop de valeur marchande mais poussant bien sous la futée, ici une charmille ou un cornouiller.

On laissera donc au plus près de la marque limite, un arbre d'essence différente, de celles majoritaires  que l'on a à couper. La limite de la parcelle est située à 3 m du cornouiller mort.

M. Morel donne la signification de "chantemerle". Cela proviendrait du très vieux français  "canto", le camp ou le territoire,  "merle" de merlon sorte de pierre qui marque un territoire... Il dit également que lors d'une coupe on laisse aussi  les arbres d'essences plus rares  et de meilleures valeurs marchandes, on les nomme "baliveaux". Ils peuvent ainsi continuer à pousser et essaimer leurs graines.

Ces bornes sont  complétées quelques fois en profondeur par des marques plus personnelles, comme des morceaux de poteries ou de tuiles... ou maintenant des marqueurs magnétiques. Ces limites doivent être déterminées par un géomètre assermenté.

Cf publication (juillet 2019) : pages 44 à 47

Chrono 0608 et 0763